Les Nouveaux Humains

Ensemble pour créer un Monde de Paix

États d'Âme

Le droit au bonheur!

bonheur.gif

C'est avec l'objectif de redonner à chacun des individus vivant sur la planète l'importance et le respect que chacun se doit de s'apporter, que je vous fais part de ma réflexion.

Nous sommes 6 milliards d'Humains, 6 milliards d'être unique, 6 milliards de perceptions distinctes, 6 milliards de mondes parallèles, 6 milliards d'observateur, un même rêve : Le bonheur.

Chaque individu évolue dans le partage de sa réalité. Pour des raisons démographiques ancestrales, nous évoluons aux ceints de cultures variées, localisés à différents endroits du globe terrestre, notre arche spatiale.

Premier point commun : Nous sommes tous, chacun de nous, actuellement vivant. La phrase peut sembler banale et anodine, mais combien d'entre-nous réalisons ce que signifie : VIVRE?

Vivre, c'est beaucoup plus que le simple fait de respirer, ou de se lever à chaque matin pour aller «gagner sa Vie».

Vivre, c'est expérimenté la Vie dans ce quel a de plus beau à offrir. C'est permettre à chacun des êtres qui partagent cette réalité, de développer son plein potentiel, pour le plus grand bénéfice de tous et chacun.

Et c'est aussi de se partager le bonheur.

Deuxième point commun : Nous évoluons tous à l'intérieur d'un même véhicule. Chacun des 6 milliards d'individus qui partagent le même moment présent que vous et moi, évolue à l'intérieur d'un corps ayant les mêmes organes et les mêmes fonctions que le mien. J'en conclu donc, que tous les êtres humains ont donc les mêmes besoins que moi.

Acceptant ce fait, et en considérant qu'aucun individu n'a demandé à naître à un endroit plutôt qu'à un autre, et ici, je ne veux pas débattre du fait que certains prétendent que nous naissons aux endroits, et au ceint de famille de notre choix afin de vivre ou d'apprendre quelque chose, c'est un autre sujet. Restons simple. Je disais donc, en considérant que personne n'a demandé à naître là où il est né, donc qu'il n'a pas choisi sa culture, ni son éducation, alors, dites-moi, sous quel principe, et de quel droit, prive t'on l'accès à autant d'individus innocents, aux ressources de bases pour entretenir le corps dans lequel chacun est invité à vivre l'expérience humaine?

Moi, pour vivre, j'ai besoins de manger, j'ai besoins de boire, j'ai besoins de m'abriter, j'ai besoins de me vêtir, et j'ai besoins d'aimer; vous aussi, eux aussi.

(« 6 milliards de solitudes, 6 milliards ça fait beaucoup. Tout seul ensemble. » Daniel Bélanger)

Redevenons plus humains, donnons-nous le bonheur. Faisons en sorte que le fruit de nos efforts quotidiens ne serve qu'à assurer le bien-être et la sécurité de chacun d'entre-nous. C'est un droit fondamental et immuable qui nous a été conféré lors de notre naissance.

Nous sommes 6 milliards de richesses, 6 milliards d'aventures extraordinaires, 6 milliards de connaissances et d'expériences uniques. Prenons soins l'un des autres, laissons éclore l'amour, le partage, la compréhension et le respect dans nos gestes quotidiens. Partageons équitablement les richesses et entraidons-nous à grandir.

Personne ne peut prétendre être supérieur à un autre. Trop de situations inégales font en sorte que présentement, nous perdons des trésors inestimables au nom de la cupidité, de l'injustice et de l'insouciance. Il sévit au ceint de nos collectivités, des pouvoirs d'action qui sont manipulés dans le but de contrôler et de diriger nos connaissances et nos compétences vers des objectifs qui ne bénéficie qu'à un petit groupe de mégalomane.

Pour ce faire, on nous bombarde de violence quotidiennement, à un point t'elle, que même un bombardement violent de l'Irak nous laisse oublier que ce sont des êtres humains, comme vous et moi, qui les subissent au quotidien. Pourquoi acceptons-nous encore ça? Par insouciance?

Si nous parvenons à surmonter les embûches de la vie, nous sommes ici pour 80 ans au plus, en moyenne. Ne croyez-vous pas qu'il serait beaucoup plus agréable de vivre ces années, plutôt que d'avoir à se battre et à se protéger constamment juste pour les survivre?

Si le fait de devoir payer son droit de manger, de boire, de se vêtir ou de s'abriter était vraiment naturel, chaque bébé naîtrait avec la fortune suffisante pour assurer ses besoins de base. Dans la nature, mis à part l'homme, tous vivent en harmonie selon des lois qui assurent la survie de chacun. Dans sa générosité, la nature fournie tout le nécessaire vitale propre à l'évolution et à la croissance de chaque espèces, y compris la nôtre, gratuitement.

Alors, encore une fois, dites-moi au nom de quels principes pouvons-nous permettre que notre Vie ne serve qu'à servir et enrichir les maîtres de l'argent?

Il nous est possible, si nous en faisons le choix, de coopérer ensemble pour se libérer de cette réalité, axée sur le contrôle, la misère et la souffrance, et de la transformé en une réalité d'entraide et de partage, fondée sur la vertu intrinsèque qui appelle chaque individu à faire le bien.

Nous devons nous lever et rétablir ce respect envers tout les humains et tout ce qui ce manifeste dans notre réalité. Nous avons les outils, nous avons les connaissances, nous avons les compétences. Qu'attendons-nous pour nous partager le bonheur à l'échelle planétaire?

Pensez-y. Il n'en tient qu'à nous, individuellement et collectivement, de nous accorder ce droit au bonheur, car c'est uni que nous réaliserons ce monde meilleur.

Pensez-y!

Denis «Yogi» Lemieux
2009

 


 

 

 

Vous êtes ici : Accueil LNH États d'Âme Le droit au bonheur!